L’installation d’un projet précédent, « Marching for our beloved » (Marche pour les bien-aimés), un chant de résistance coréen des années 80, chanté lors de manifestation hongkongaise, a été inspiré par le mouvement démocratique mondial face aux régimes dictatoriaux, plus exactement celui de la manifestation de Hong Kong en 2014. Il est ici réactivé pour Opus. Constituée d’un assemblage de parapluies,  elle se met à vibrer à l’approche du public. À leur surface, tel des boucliers, dessins ou slogans scandent sourdement des messages.

Ikhyeon PARK, plasticien et scénographe coréen installé en France depuis 2010, vit et travaille à Strasbourg depuis 2015. Il est diplômé de la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg (DNSEP 2015), de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon (DNAP 2013) et de la Faculté des arts et de design de l’Université Konkuk de Séoul (BFA 2005).

Fortement intéressé par la perméabilité des domaines, il cherche un terrain d’entente où l’œuvre se dilate dans des contextes de rencontre et de conversation artistique. Sa pratique questionne sur la flexibilité de la forme artistique qui permet d’incarner la perception du monde. Il s’attèle, de façon sans cesse renouvelée, à révéler les nuances contradictoires dissimulées au cœur des interactions sociales qu’il perçoit en tant que citoyen et individu.