Le bac d’acier est rempli de pierres et d’eau. En quelques jours, l’eau est saturée d’oxyde de fer et commence à marquer les pierres. Avec le temps, elle s’évapore. Les pierres marquées sont les témoins de la présence de l’eau, elles en conservent la mémoire. Cette installation est le second volet d’une recherche entamée sur les bords du Rhône et intitulée Jours marqués d’une pierre blanche. Installé au Hangar Crealab (Le Mans) et réalisé avec du grès de la Sarthe, ce travail explore à travers la poésie, les dynamiques qui s’instaurent entre l’homme et l’environnement.

Au croisement de la sculpture et de l’installation, la démarche de Mathilde Leveau, artiste mancelle, est un travail de l’espace aux affinités marquées avec l’architecture et le paysage. À travers des œuvres de nature éphémère et évolutive, sa pratique se construit autour de divers notions et questionnements : la mémoire, le patrimoine et la construction de l’identité. Les œuvres se conçoivent et se bâtissent in situ.